24 octobre 2020

Francis Mourey avait pris la 3e à Pontchâteau en 2015.

Francis Mourey a remporté un neuvième titre de champion de France de cyclo-cross ce dimanche après-midi à Besançon en devançant Clément Venturini et John Gadret.

Francis Mourey a remporté un neuvième titre de champion de France de cyclo-cross ce dimanche après-midi à Besançon en devançant Clément Venturini et John Gadret.

[dropcap]V[/dropcap]ictime d’une crevaison durant le premier tour, Francis Mourey a dû réaliser une performance de grande qualité pour réussir à revenir de l’arrière et reprendre pas moins de trente secondes à Clément Venturini pour s’offrir un nouveau titre de champion de France, son neuvième, le premier avec la formation Fortuneo-Vital Concept.

Sous une pluie battante, et avec un circuit moins long que prévu suite à une décision prise par le jury des commissaires, Steve Chainel a effectué le premier tour en tête, avant d’être rejoint à l’entame de la seconde boucle par un petit groupe composé de Clément Venturini, John Gadret, mais aussi Julien Roussel et Anthonin Didier.

Comme à son habitude, Clément Venturini a tenté se partir seul durant le deuxième tour, mais s’était sans compter sur la résistance de Steve Chainel, mais celui-ci lâchera prise et rétrogradera au contraire de Francis Mourey, retardé et placé aux alentours de la 10e place au premier passage sur la ligne.

Alors qu’il ne reste que trois tours à parcourir, le coureur de Cofidis possède 14″ d’avance sur John Gadret, membre de la formation Cross Team By G4 depuis le 1er janvier, et 21″ d’avance sur Francis Mourey. Celui qui a d’ores et déjà remporté huit fois le titre de champion de France revient fort sur John Gadret avant de le déposer et d’engager un duel à distance avec Clément Venturini, son principal adversaire.

Vainqueur des trois manches de la Coupe de France disputée cet hiver, Clément Venturini sera repris par Francis Mourey à un tour et demi de l’arrivée, et à l’entame du dernier tour, les deux adversaires sont roue dans roue, un scénario auquel beaucoup de spectateurs n’avaient pas imaginé. Francis Mourey n’hésite pas et prend alors quelques mètres d’avance sur Clément Venturini, une avance que le coureur de Cofidis ne parviendra pas à reboucher. Francis Mourey s’offre donc un neuvième titre de champion de France.

Les réactions :

Francis Mourey : “Ça a été très difficile. J’ai eu une crevaison dans le premier tour qui m’a retardé, mais j’y ai toujours crû. C’est le neuvième titre, le titre de l’expérience puisque ça ne s’est joué à pas grand chose et aujourd’hui je suis très heureux d’avoir gagné. J’ai fais vibré le public, c’est dans ces moments-là qu’on peut faire  vivre des grandes joies aux gens. Sur un parcours comme aujourd’hui, c’est une course d’une heure très difficile et je savais que les deux derniers tours allaient être très difficile du coup j’ai gardé la même cadence. Ce titre de champion de France est une sorte de remerciement pour Emmanuel Hubert et toutes l’équipe Fortuneo-Vital Concept pour ne pas m’avoir laissé dehors.”

Clément Venturini : “Cette 2e place est un échec ! La déception prime  mais la saison n’est pas terminée et j’ai rendez-vous aux championnats du Monde, je ne m’arrêterais pas là. J’ai donné le maximum, mais je ne reviendrais pas sur le comportement du public, c’est du sport il ne faut pas l’oublier et il y a des mots à ne pas dire… Mais ça m’a donné envie de me battre encore plus et même si j’ai encore l’avenir devant moi, je suis pressé d’avoir un titre de champion de France. La saison aurait été superbe en remportant le championnat de France, mais certes la Coupe de France est un très beau trophée où j’ai détrôné Francis après dix ans de succès mais un maillot tricolore c’est quand même autre chose. Cette course va me faire progresser mais aussi mentalement et physiquement. Encore bravo à Francis pour sa belle victoire !”

John Gadret : “Je n’ai pas pu accrocher Francis Mourey quand il m’a doublé mais j’ai quand même pu sauver ma médaille de bronze. J’arrête ma carrière donc c’est une satisfaction pour moi et maintenant ce n’est plus que du bonus. C’est sûr qu’il fallait être fort durant ses deux jours pour courir dans ses conditions, comme dans des cyclo-cross à l’ancienne.”

Partagez !