Alejandro Valverde, le Triplé Flèche Wallonne

©ASO/G.Demouveaux

La Flèche Wallonne offre au peloton une occasion de jauger la capacité explosive des coureurs dans l’ascension finale du Mur de Huy. Cette année, elle a aussi testé leur degré de vigilance, leur science du placement… et leur malchance.

©ASO/G.Demouveaux
©ASO/G.Demouveaux

Les chutes ont écarté des débats de nombreux favoris, dont Dan Martin, Philippe Gilbert, Samuel Sanchez et Chris Froome. Il reste que l’explication musclée a mis aux prise dans le dernier kilomètre les puncheurs les plus résistants et puissants. Le coup tenté par le régional Tim Wellens a laissé place aux habitués, au premier rang desquels Alejandro Valverde, qui a étouffé ses adversaires pour aller chercher son troisième succès après ses victoires en 2006 et 2014. Il devance sur le podium le prometteur Julian Alaphilippe, âgé de 22 ans et 2ème pour sa première participation, suivi de Michael Albasini, qui était déjà sur le podium en 2012.

 7 coureurs dans l’échappée

[dropcap]L[/dropcap]e peloton quitte Waremme avec 199 coureurs, la formation Astana se présentant finalement sans Lieuwe Westra. L’allure très rapide imprimée en début de course n’empêcha pas la formation d’une échappée initiée au km 8 par cinq coureurs. Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), Pieter Van Speybrouk (Topsport), Jérôme Baugnies (Wanty), Reinier Honig (Roompot) et Daniele Ratto (United Healthcare) sont rejoints au km 13 par Mike Teunissen (Lotto-Jumbo) et Brice Feillu (Bretagne). Le groupe de tête obtient une relative liberté et s’éloigne jusqu’à creuser un écart maximal de 8’ au passage au sommet de la côte des 36 Tournants (km 22), où Honig passe en tête.

 Chute de Dan Martin

Dans le peloton, les coureurs de Katusha et de Movistar s’accordent pour maintenir un rythme qui contrôle l’échappée à une distance raisonnable. Après 100 kilomètres de course, au sommet de la côte de Bohissau, l’écart est contenu à 6’40’’. L’entrée dans Huy pour le premier passage du peloton se fait dans l’agitation : une chute met notamment à terre un des favoris, Dan Martin, qui accomplit attardé la première ascension du Mur, où les attaquants conservent 5’50’’ d’avance.

 Gilbert chute et renonce

Le rapprochement du peloton devient beaucoup plus net à l’approche de la côte de Bellaire, avec l’entrée en action des équipes Sky et Etixx. A l’avant, le groupe perd dans cette ascension Teunissen et Honig, mais s’accroche à une avance de 3’05’’ au sommet. Immédiatement après, à 50 km de l’arrivée, la traversée d’Andenne est marquée par une lourde chute qui met principalement à terre Philippe Gilbert. Le vainqueur 2011 remonte sur son vélo, mais renonce très vite et abandonne.

 Chute de Froome

Juste avant la deuxième ascension du Mur de Huy, c’est au tour de Jelle Vanendert de perdre sur chute ses rêves de victoire. A l’avant, l’échappée explose sous l’impulsion de Jérôme Baugnies, qui persiste en tête en compagnie de Thomas De Gendt, pendant que les autres sont avalés par le peloton. A l’exception de Daniele Ratto, qui obtient une session de rattrapage grâce au concours de Luis-Leon Sanchez et Giovanni Visconti. Toutefois, les deux contre attaquants sont les seuls à résister à la pression du peloton et roulent en duo pour rentrer dans les 15 derniers kilomètres. L’intensité liée à l’approche de l’emballage final provoque une nouvelle chute, qui exclut des débats Chris Froome et Samuel Sanchez notamment.

 Alaphilippe, deuxième !

LL.Sanchez et Visconti abordent en tête la côte de Cherave, mais sont repris par le peloton, mené avec dynamisme par Vincenzo Nibali. La réplique de Tim Wellens apparait très crédible, puisque le régional de la course bascule en tête et plonge sur Huy avec une dizaine de secondes d’avance sur le peloton. Il parvient à les conserver dans la descente, même avec la menace de Caruso, sorti en contre. Le Belge se présente même au pied du Mur avec 15’’ d’avance, mais le groupe des favoris fond sur lui, à 800 mètres. A ce stade, Alejandro Valverde se montre déjà ambitieux et hausse progressivement le rythme. L’Espagnol impose une allure qui interdit toute attaque venant par exemple de Michael Albasini, qui roule à ses côtés. Une accélération dans les 150 derniers mètres lui permet de contrôler le retour du prometteur Julian Alaphilippe, 2ème, et de Michael Albasini.

Partagez !

Ronan Houssin

Créateur du site, rédacteur et photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir les caractères de l'image Captcha dans le champ ci-dessus

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.