2 juin 2020

Ben Swift “Beaucoup vont être choqués par la difficulté”

©Shaun Flannery/SWpix.com

Pour le Tour de Yorkshire, qui se dispute du 1er au 3 mai, Ben Swift jouera à domicile, mais aura surtout la responsabilité de conduire l’équipe Sky dans l’aventure de cette première édition. Le plus fin connaisseur de la région est aussi l’un des grands favoris du week-end…

Pour le Tour de Yorkshire, qui se dispute du 1er au 3 mai, Ben Swift jouera à domicile, mais aura surtout la responsabilité de conduire l’équipe Sky dans l’aventure de cette première édition. Le plus fin connaisseur de la région est aussi l’un des grands favoris du week-end…

©Shaun Flannery/SWpix.com
©Shaun Flannery/SWpix.com

 [dropcap]D[/dropcap]ans un indescriptible patois local, une très célèbre ritournelle folk prévient les imprudents : « On Ilkla Moor Baht’at » ! Dans le peloton du Tour de Yorkshire, Ben Swift est probablement l’unique coureur capable de saisir la subtilité de l’avertissement. Natif de Rotherham, le coureur de Sky explique que la traduction du titre de cet hymne non officiel serait plutôt « On Ilkley Moor without your hat » (A Ilkley Moor sans son chapeau), racontant les mésaventures d’un promeneur qui affronte, malgré les mises en garde de sa bien-aimée, le vent et le froid qui sévissent sur ce lieu. Swift reprend d’ailleurs en substance ce message pour le reformuler au peloton du Tour de Yorkshire, qui traversera Ilkley pendant la 3ème étape, et découvrira certainement avec surprise la rigueur des conditions durant toute la course : « Je crois que beaucoup vont être choqués par la difficulté ».

 Le puncheur de l’équipe Sky reste lui-même très humble en dépit de sa connaissance de la région, de sa pointe de vitesse et de ses aptitudes dans les ascensions, qui le placent parmi les favoris de cette première édition. Récemment classé 2ème de la Semaine Coppi et Bartali, Swift a ensuite écourté son séjour sur le Tour du Pays Basque, mais se sent dans un état de fraîcheur retrouvé pour aborder son défi à domicile : «J’ai gagné une étape de la Semaine Coppi et Bartali, donc j’ai défendu le maillot de leader et je ne suis pas vraiment habitué à me dépouiller autant. J’aurais peut-être dû me reposer en rentrant chez moi, mais j’ai continué à fournir de gros efforts à l’entraînement, et je suis arrivé épuisé sur le Tour du Pays Basque. Je n’ai même pas pu finir la deuxième étape. Mais heureusement j’ai pu me reposer et me refaire une santé depuis en vue du Tour de Yorkshire. Cette course est à mon programme depuis cet hiver. »

 Absent de l’effectif Sky du Tour 2014, et donc condamné à suivre le Grand Départ depuis les coulisses, Swift guette maintenant l’opportunité d’honorer sa terre natale. Et même si ses routes d’entraînement les plus habituelles ne figurent pas au programme de la course, il s’est astreint à des repérages minutieux pour compléter sa connaissance du terrain, notamment sur la première et la troisième étape : « J’entends beaucoup de monde tabler sur un sprint final à Scarborough (et.1), mais rien n’est écrit. La route côtière du final n’est pas simple, et la dernière montée avant la baie de Robin des Bois est même bien pentue. Et là, il y aura du vent, cela peut souffler très fort. Le scénario idéal pour moi, ce serait de réussir à me détacher avec un petit groupe de costauds, puis aller disputer le sprint pour aller chercher des bonifs. La deuxième étape est la seule qui soit un peu prévisible, ce sera presque à coup sûr un sprint massif. Je me jetterai dedans bien sûr, mais ce ne sera pas facile, avec Marcel Kittel dans le peloton ! Je crois que la troisième journée sera vraiment difficile. Après la première montée à Holmfirth, toutes les ascensions s’enchaînent très vite. Cette succession sera exigeante, et convient par exemple à des coureurs de classiques. Je vois bien Greg Van Avermaet à l’avant sur ce genre de parcours… avec moi, j’espère. »

 Quel que soit le verdict au terme des trois jours de course, Swift s’attend surtout à assister à une nouvelle fête du vélo dans le Yorkshire, qui a totalement succombé aux charmes du vélo depuis la venue du Tour de France : « c’est devenu quelque chose de très important. Le nombre de gens qui font des sorties à vélo le week-end, c’est incroyable ! Il est difficile de dire si tout cet engouement est lié au Tour, car le mouvement était déjà lancé, mais je suis sûr qu’il y est pour beaucoup. » Et comme conseil aux nombreux spectateurs qui feront le déplacement du ce week-end, il suggère d’abord de se rendre à York, sur pour y suivre la 2ème étape : « parce que c’est une ville superbe, et en plus on y verra le peloton passer plusieurs fois. Ensuite, on peut aller à Holmfirth sur la 3ème étape. C’est un village étonnant qui domine une campagne magnifique. Mais pour être honnête… tout est beau dans le Yorkshire ! »

Source : Communiqué de presse ASO

Partagez !