23 novembre 2020

Et. 9 : BMC, la victoire sans le bonus

©ASO/X.Bourgois

Le contre-la-montre par équipes assez atypique proposé pour la 9ème étape a donné lieu à une empoignade millimétrée, dominée par les formations spécialistes de l’exercice. Championne du monde, et par ailleurs déjà victorieuse sur le chrono collectif du récent Critérium du Dauphiné, les rouleurs de BMC ont assumé leur statut et remporté l’étape avec une avance infime d’une seconde sur le Team Sky. Dès lors, Tejay van Garderen passe à côté de la conquête du Maillot Jaune, mais reste le poursuivant le plus menaçant de Chris Froome, à 12’’ au général avant d’aborder les étapes pyrénéennes. L’opération est également bénéficiaire pour Nairo Quintana, dont l’équipe Movistar n’est qu’à 4’’, 3ème au classement du jour. Le Colombien pointe maintenant à 1’59’’ de Froome, et a dépassé sur sa route Vincenzo Nibali (Astana 5ème à 35’’), désormais pointé à 2’22’’.

Le contre-la-montre par équipes assez atypique proposé pour la 9ème étape a donné lieu à une empoignade millimétrée, dominée par les formations spécialistes de l’exercice. Championne du monde, et par ailleurs déjà victorieuse sur le chrono collectif du récent Critérium du Dauphiné, les rouleurs de BMC ont assumé leur statut et remporté l’étape avec une avance infime d’une seconde sur le Team Sky. Dès lors, Tejay van Garderen passe à côté de la conquête du Maillot Jaune, mais reste le poursuivant le plus menaçant de Chris Froome, à 12’’ au général avant d’aborder les étapes pyrénéennes. L’opération est également bénéficiaire pour Nairo Quintana, dont l’équipe Movistar n’est qu’à 4’’, 3ème au classement du jour. Le Colombien pointe maintenant à 1’59’’ de Froome, et a dépassé sur sa route Vincenzo Nibali (Astana 5ème à 35’’), désormais pointé à 2’22’’.

 Orica se promène… à 45,1 km/h

Dernière du classement par équipes, la formation Orica-GreenEdge s’engage sans objectif sur son exercice de prédilection, après avoir perdu trois de ses coureurs depuis le départ d’Utrecht (Gerrans, Impey, Albasini). Le premier temps de référence établi sur un rythme de « promeneurs » (45,1 km/h tout de même !) est donc battu dans les grandes largeurs par Bretagne-Séché Environnement… de plus de trois minutes.

 Astana, sans impressionner

Les « Bretons » n’occupent que provisoirement la tête du classement provisoire, remplacés par les coureurs de Lampre-Merida, puis par ceux d’IAM Cycling, qui achèvent le parcours à une moyenne de 51,08 km/h. Les favoris du Tour rentrent en action avec Vincenzo Nibali, dont l’équipe Astana prend les commandes, sans réellement impressionner : trois secondes de moins qu’IAM, et une moyenne de 51,16 km/h qui semble trop faible pour résister aux formations spécialistes attendues un peu plus tard.

 Sky bute pour une seconde sur BMC

C’est le cas des Movistar, qui ont mis à contribution leurs rouleurs maison, Dowsett et Malori, en début et surtout en milieu de parcours, pour terminer en trombe dans la côte de Cadoudal. Au sommet, ils relèguent les Astana à 31’’, mais ne sont pas à l’abri de la menace des BMC et des Sky, qui font déjà jeu égal à un niveau au-dessus sur le chrono intermédiaire du km 10. Aux deux-tiers de la distance, Chris Froome continue de défendre efficacement son Maillot Jaune, son équipe grignotant même une seconde à sa rivale américaine. Mais la dernière partie de parcours, moins bien gérée sur le plan de l’homogénéité du groupe, voit les Sky buter pour une seconde sur BMC, qui avait entre temps supplanté les Movistar pour 4’’.

Partagez !