21 septembre 2020

Thomas Voeckler est prêt pour le Championnat du Monde

Les français sont prêt à en découdre à Florence.

A l’aube d’une nouvelle participation à un Championnat du Monde, Thomas Voeckler s’est confié à L’Actualité Du Cyclisme.

Quelle est votre place dans l’équipe ?

A Valkenburg, l’an dernier, j’étais le seul leader. Cette année, le circuit est différent, et de ce fait je n’ai pas la même position. Etant donné que ma saison n’a pas été très bonne, et dans l’effectif concocté par Bernard Bourreau il y a de nombreux coureurs ayant fait de très bons résultats pendant l’année. Donc à Florence, je suis en mode électron libre dans un groupe alliant expérience et jeunesse.

Comment se passe un Championnat du Monde  ?

Avant de penser au résultat, il faut que chaque coureur soit dans un bon état d’esprit. Durant la course, il va falloir prendre de nombreuses décisions, et sur ce circuit jugé difficile nous n’aurons pas les oreillettes pour communiquer, et l’accès au niveau de la voiture du sélectionneur n’est pas simple. Etant donné que nous prenons le départ avec des coureurs jeunes pour la majorité, nous pouvons toujours avoir une surprise. Nous allons prendre le départ avec une étiquette d’outsider, et nous ne sommes pas favoris donc nous avons tout à gagner.

Qu’en est-il de votre état de forme ?

Durant le Tour de France, j’étais moins bien que les années précédentes, mais il fallait bien que ça arrive un jour ou l’autre. Malgré cette contre-performance et ma fracture de la clavicule au mois d’avril, ma saison n’a pas été si mauvaise que ça. Désormais, les jambes tournent bien, et si dimanche soir j’ai des regrets ce ne sera pas à cause de ma préparation. Tout le monde sait que tous les derniers Champions du Monde étaient à la Vuelta, et c’est très dur de rivaliser avec un coureur qui a terminé un Grand Tour deux semaines avant. Pour avoir sa chance, il faut jouer son va-tout.

Partagez !