30 septembre 2020

Bouhanni et Kittel à la barre

Les 23 et 24 mai prochains, un plateau de sprinteurs alléchant a été réuni pour la 4ème édition de la World Ports Classic. Le choc attendu entre Marcel Kittel et Nacer Bouhanni ne se produira que s’ils arrivent à naviguer solidement dans le vent du Delta de Zélande...

Les 23 et 24 mai prochains, un plateau de sprinteurs alléchant a été réuni pour la 4ème édition de la World Ports Classic. Le choc attendu entre Marcel Kittel et Nacer Bouhanni ne se produira que s’ils arrivent à naviguer solidement dans le vent du Delta de Zélande…

Marcel_Kittel_3169392b
Marcel Kittel, favori de l’édition 2015. ©DR

[dropcap]S[/dropcap]ur le papier, le meilleur sprinteur du monde n’a rien à craindre. Mais dans le peloton cycliste, la hiérarchie se retrouve facilement bousculée par une période creuse, une mauvaise chute, un virus tenace… Marcel Kittel, qui n’a levé qu’une fois les bras cette année, lors de sa première sortie sur le Tour Down Under Classic, a justement empilé les pépins physiques et les coups du sort, mais table sur la World Ports Classic pour donner de l’épaisseur à son palmarès 2015 après une absence de plusieurs semaines due à un virus. Face à lui dans les sprints, le quadruple vainqueur d’étapes du Tour 2014 croisera le fer avec le triple vainqueur d’étapes du Giro 2014. Nacer Bouhanni, touché lui aussi par un retard à l’allumage, a entamé son rebond en s’imposant à deux reprises sur le Circuit de la Sarthe puis sur le Grand Prix de Denain, et retrouve désormais des sensations, comme en attestent ses trois deuxièmes places glanées la semaine passée sur le Tour de Bavière.

La perspective d’un duel entre Kittel et Bouhanni ne limite pas les ambitions des autres finisseurs qui ont pris rendez-vous à Rotterdam. Hormis les anciens vainqueurs d’étapes de la World Ports Classic, comme Théo Bos, Ramon Sinkeldam ou Jelle Wallays, le peloton attendu réunit des sprinteurs de premiers rangs comme Sam Bennett (en forme après deux victoires d’étapes sur le Tour de Bavière), Gerald Ciolek, Andrea Guardini ou Yauheni Hutarovich. Surtout, la traversée ventée de la Zélande, à l’aller en direction d’Anvers comme au retour vers Rotterdam, peut offrir un terrain favorable à des spécialistes des classiques. Dans ce registre, la jeune génération doit se montrer apte à saisir des opportunités, ce dont sont peut-être capables Tiesj Benoot ou Florian Sénéchal.

Partagez !