Anna van der Breggen l’emporte sous le déluge

Comme en 2014, c’est une Néerlandaise qui remporte La Course by Le Tour. Sur les Champs-Élysées, Anna van der Breggen succède à sa compatriote et coéquipière Marianne Vos au sein de l’équipe Rabo-Liv. Un succès de prestige pour celle qui avait déjà gagné la Flèche Wallonne féminine au mois d’avril.

©ASO/G.Demouveaux

Comme en 2014, c’est une Néerlandaise qui remporte La Course by Le Tour. Sur les Champs-Élysées, Anna van der Breggen succède à sa compatriote et coéquipière Marianne Vos au sein de l’équipe Rabo-Liv. Un succès de prestige pour celle qui avait déjà gagné la Flèche Wallonne féminine au mois d’avril.

S’imposer en solitaire sur la plus belle avenue du monde, un privilège réservé aux audacieux sur le Tour de France. Ce dimanche 26 juillet, Anna van der Breggen (Rabo Liv Women Cycling Team) a prouvé que l’exploit était aussi possible sur La Course by Le Tour, 2e du nom. Sous une pluie battante, la Néerlandaise a porté son attaque décisive à 6 km du but, peu après l’entame du 13e et dernier tour du circuit parisien (89 km au total).

Réussir à semer le peloton sur les Champs-Élysées relève déjà d’une authentique performance tant les sprinteuses adorent ce terrain de jeu. En raison de conditions météorologiques particulièrement humides, à cause d’une pluie battante presque continue, la chaussée et les pavés glissants ont limité les offensives. Il a ainsi fallu attendre le 7e tour pour assister à la première échappée, une fuite en solitaire de l’Australienne Gracie Elvin. La coureuse de la formation Orica – AIS se maintient un peu plus d’un tour à l’avant de la course mais finit par se faire rejoindre après avoir compté jusqu’à 20 secondes d’avance sur l’avant-garde du peloton. Dans la foulée, c’est sa coéquipière et compatriote Lizzie Williams qui part à l’attaque. Un temps seulement.

Derrière, la course à l’usure a depuis longtemps commencé. Comme le moindre freinage brusque et le moindre virage sont sources de danger, les chutes se multiplient. Une première chute massive est ainsi intervenue dans la 2e boucle, provoquant l’abandon de trois coureuses. D’autres ont émaillé l’épreuve, jusqu’à celle ayant jeté à terre Pauline Ferrand-Prévot, une des favorites, juste avant la flamme rouge. Comme l’année dernière, au même endroit, la championne du monde voit ses espoirs s’envoler sur chute dans le final de l’épreuve.

Mais la Française peut se consoler puisque c’est sa partenaire Anna van der Breggen qui fait alors la course en tête. La Néerlandaise, partie donc à 6 km de l’arrivée, a compté jusqu’à 13 secondes d’avance, suffisant pour résister jusqu’au bout au retour d’un peloton détrempé mais en furie, mené par les équipes de sprinteuses.

Sur la ligne d’arrivée, Anna van der Breggen a compris. Au bout de son effort, elle peut soulever les bras et savourer une victoire de prestige, avec 1 seconde de marge sur le peloton mené par la Belge Jolien D’Hoore(Wiggle Honda Pro Cycling), 2e,  et la Néerlandaise Amy Pieters (Team Liv-Plantur), 3e. Déjà lauréate de La Flèche Wallonne et du Tour d’Italie cette année, Anna van der Breggen, âgée de 25 ans, obtient l’un des plus beaux succès de sa carrière. Une victoire en forme de dédicace à Marianne Vos, lauréate en 2014 et absente cette année en raison d’une blessure.

Malgré une météo exécrable, cette 2e édition de La Course by Le Tour a prouvé, une fois de plus, que le cyclisme féminin pouvait offrir un vrai spectacle.

Partagez !