Quelques réactions des français Tour de France

©ASO/P.Ballet

Présents à la présentation du Tour de France, le manager général d’AG2R La Mondiale Vincent Lavenu, ainsi que Bryan Coquard et Clément Chevrier ont donné leurs impressions sur le parcours 2016 au micro de www.lactuducyclisme.fr.

Vincent Lavenue, manager générale d’AG2R La Mondiale : « Il faut regarder le parcours en détail, même s’il a été parfaitement expliqué par Christian Prudhomme, mais le Tour de France me paraît aussi difficile que celui de cette année. La présence du Mont Ventoux le 14 juillet amènera une ferveur populaire incroyable, je me rappelle très bien de l’année où Richard Virenque s’est imposé au sommet. Tous les protagonistes voudront gagner cette étape, mais avec notre équipe, nous pourrons jouer sur ce terrain. On va avoir beaucoup de supporters au bord de la route, du fait que l’équipe est basée en Haute-Savoie et donc une grosse envie de briller sur nos terres. Le Grand Départ du Mont-Saint-Michel permettra aux étrangers de découvrir un site merveilleux. »

Bryan Coquard, coureur du Team Europcar : « Mon premier objectif est pour 2016 est le Tour de France, les Jeux Olympiques passeront après. Le maillot vert est un objectif à moyen terme, et comme je l’ai vu cette année, je suis encore présent sur l’étape des Champs-Élysées, et ce du fait que je passe très bien les bosses et que je fais peut-être parti des sprinteurs les plus frais après trois semaines. Sur ce parcours, j’aurais des possibilités de m’exprimer et j’espère avoir passé un cap l’an prochain pour figurer parmi les 2-3 meilleurs mondiaux. Être leader de l’équipe me rend confiant, c’est hyper intéressant et je suis très pressé de débuter le saison, en espérant pouvoir récollecter le fruit du travail. Le Tour de France est un grand vecteur c’est pour ça qu’il faut le réussir, mais je vais l’aborder dans les mêmes conditions que depuis 2 ans. »

Clément Chevrier, coureur d’IAM Cycling : « Être au départ serait un peu précoce. Le Tour de France ne laisse pas de place à l’expérience. Si j’ai la chance d’y participer ça sera pour inaugurer la confiance de l’équipe et d’être productif et acteur sur le vélo pour aider mes coéquipiers. Ce parcours me semble être un parcours de rêve pour les grimpeurs, la première semaine est rapidement escarpé avec le Massif Central, viendront ensuite les trois jours en Andorre. Concernant le deuxième contre-la-montre, il n’y aura pas besoin d’utiliser le vélo de chrono. Les routes des Alpes sont mes routes d’entraînement donc je les fait assez fréquemment. La dernière étape part de Chantilly et je suis Picard, donc il y a des signes… Mais il faut être lucide et on verra ! »

Propos recueillis par Ronan Houssin (Envoyé spécial à Paris)

Partagez !

Ronan Houssin

Créateur du site, rédacteur et photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir les caractères de l'image Captcha dans le champ ci-dessus

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.