Porte – Contador, les retrouvailles

Parmi les nombreux prétendants, deux double-vainqueurs de Paris-Nice seront particulièrement attendus et observés du 6 au 13 mars prochains. Le tenant du titre Richie Porte était encore le coéquipier d’Alberto Contador lors de la dernière participation de l’Espagnol en 2010. Une autre vie…

Parmi les nombreux prétendants, deux double-vainqueurs de Paris-Nice seront particulièrement attendus et observés du 6 au 13 mars prochains. Le tenant du titre Richie Porte était encore le coéquipier d’Alberto Contador lors de la dernière participation de l’Espagnol en 2010. Une autre vie…

La course au soleil, c’est aussi la foire aux questions. Les réponses obtenues une fois le peloton rendu sur la Promenade des Anglais ou au col d’Eze n’ont pas toujours la longévité qu’on leur accorde d’emblée. Mais le titre à conquérir sur la route de Nice fait partie de ceux qui pèsent dans un palmarès… et donne le ton des confrontations à venir dans la saison. Les candidats à la victoire en 2016 devront afficher leurs prétentions sur le prologue de Conflans-Saint-Honorine, compter sur un collectif solide pour éviter les pièges dans les étapes de Vendôme ou du Mont Brouilly par exemple, et surtout faire la différence en montant à la Madone d’Utelle, le belvédère où sera jugée l’arrivée de l’avant-dernière étape. Double vainqueur de l’épreuve (2013-2015), Richie Porte se présente comme un favori d’autant plus logique à sa succession qu’il est libéré de son rôle d’équipier chez Sky. Son nouveau costume de leader de BMC a été étrenné par une victoire sur l’étape reine du Tour Down Under, assortie d’une deuxième place au général.

La montée en puissance de l’Australien pourrait se poursuivre sur Paris-Nice, où il rencontrera toutefois une opposition bien plus sérieuse. Alberto Contador s’y est lui aussi imposé à deux reprises (2007-2010), et tout indique que son retour sur la course au soleil après cinq ans d’absence pourrait être payant. C’est sur le Tour d’Algarve que le « Pistolero » s’est distingué pour sa rentrée 2016, avec une victoire probante en sommet (et.5), mais il devra comme au Portugal composer avec le très régulier Geraint Thomas, propulsé leader de Sky. Le rendez-vous de la Madone d’Utelle pourrait aussi convenir avec ses 15km d’ascension à Romain Bardet, seulement battu par Vincenzo Nibali sur la « Montagne Verte » à Oman. Tom Dumoulin n’avait perdu qu’une dizaine de secondes sur le grimpeur français ce jour-là, et tient peut-être ici une occasion de confirmer sa mue en coureur de course par étapes. Andrew Talansky, Pierre Rolland, Rui Costa, Simon Yates ou encore Jérôme Coppel ont également le profil de prétendants au podium, voire mieux.

Révélatrice de l’état de forme des hommes des grands tours, la semaine de Paris-Nice met également aux prises les sprinteurs les plus en vue. La perspective de Milan-San Remo aiguisera l’appétit des Greipel, Matthews, Kittel, Kristoff, Bouhanni et Démare… Il n’y aura pas de bouquets pour tout le monde. Surtout que le peloton ne manquera pas de costauds capables de piéger leurs équipes dans un final exigeant : les Gallopin, Gilbert, Chavanel, Albasini, Westra, Gougeard ou Vichot seront à l’affût.

Partagez !