23 septembre 2020

Milan San Remo : Une surprise nommée Alexander KRISTOFF (Katusha) !

Pour la 105e édition de cette première classique de la saison, c'est Alexander KRISTOFF, le coureur norvégien de la Katusha qui s'est imposé au sprint devant Fabian CANCELLARA (Trek) et Ben SWIFT (SKY). Peter SAGAN (Cannondale) ou encore Philippe GILBERT (BMC) ont été décevant et n'ont pas eu le résultat qu'ils attendaient.

Pour la 105e édition de cette première classique de la saison, c’est Alexander KRISTOFF, le coureur norvégien de la Katusha qui s’est imposé au sprint devant Fabian CANCELLARA (Trek) et Ben SWIFT (SKY). Peter SAGAN (Cannondale) ou encore Philippe GILBERT (BMC) ont été décevant et n’ont pas eu le résultat qu’ils attendaient.

Cette course, durcie cette année et avec pour juge de paix le Poggio, longue de 295 km était pourtant promise aux sprinteurs.

Dans les premiers kilomètres, un groupe de 6 coureurs se lance à l’avant.

Une dizaine de kilomètres après le départ, un groupe de 6 coureurs s’est échappé. On y retrouvait Maarten TJALLINGII (Belkin), Jan BARTA (NetApp-Endura), Nicola BOEM (Bardiani), Marc De MAAR (UnitedHealthcare), Antonio PARRINELLO (Androni), Nathan HAAS (Garmin) et Matteo BONO (Lampre). Après 100 km de course, le groupe de fuite comptait 10 minutes d’avance. Peu après la moitié de la course, cet écart est redescendu à 7 minutes sous l’implusion des équipes Cannondale, Trek et Giant. A 50 km de l’arrivée et à l’entrée des Capi (Capo Mele, Capo Cervo, Capo Berta), les 4 rescapés de l’échappée comptaient 5’30 d’avance sur le peloton.

Le peloton revient fort.

Les coureurs ont entamé les 50 derniers kilomètres sous un temps exécrable, forte pluie et froid. Ainsi, quelques outsiders ont dû mettre pied à terre. Ce fut le cas notamment de Diego ULISSI (Lampre), Mark RENSHAW et Michal KWIATKOWSKI (OPQS). Ces conditions météorologiques ont des conséquences importantes : le peloton est constitué que de 80 éléments et les fuyards ne sont plus que 3 à l’avant. C’est à ce moment que les équipiers de Peter SAGAN en ont profité pour accélerer. A 40 km de l’arrivée, les 3 rescapés ne comptaient plus que 3’30 d’avance qui fut encore réduite à 30 km de l’arrivée, 2’20.

Les 25 derniers kilomètres très animés.

Alors que les échappées, puis le peloton rentrent dans la Cipressa, Vicenzo Nibali (Astana) en profite pour accélerer. Il creuse vite l’écart et rejoint facilement les échappés. Dans la descente de la Cipressa, le coureur italien reprend De MAAR et TJALLINGII puis les lâche. A 15 km de l’arrivée, l’avance de Nibali était de 50 secondes sur le peloton ! Malgré les efforts d’un coureur de la Cannondale, aidé par la Trek, l’écart ne faibli pas. SKY va alors prendre les commandes du peloton à 12 km de l’arrivée et l’écart va rapidement diminuer. A 10 km de l’arrivée, l’écart n’est plus que de 20 secondes. Nibali fini par se faire reprendre à 9 km du but.
Un duo essaie alors de s’extirper du peloton : il s’agit de Gregory RAST (Trek) et Battaglin. Mais leur échappée aura été de courte durée. A ce moment là de la course, il reste 7 km et le peloton est bien groupé. Dans les derniers kilomètres personne n’est arrivé à faire la différence et le groupe avec tous les favoris en son sein, s’est joué la gagne au sprint.

Malgré la présence de Mark CAVENDISH (OPQS), André GREIPEL (Lotto) ou encore Peter SAGAN, c’est bien Alexander KRISTOFF (Katusha) qui s’est imposé au sprint en devançant Fabian CANCELLARA (Trek) et Ben SWIFT (SKY)

Le coureur norvégien a donc ajouté son nom au palmarès de cette classique mythique.

Le classement à l’arrivée à San Remo :

Partagez !