26 septembre 2020

Paris-Nice – Et. 1 : Le nouveau Kristoff est arrivé

Le scénario de l’étape de Contres, promise aux sprinteurs, n’a pas échappé aux prévisions, bien que le final ait été perturbé par la chute et l’abandon de Tom Boonen, qui a offert un répit et un peu d’espoir aux deux échappés du jour, Thomas Voeckler et Anthony Delaplace.
© ASO/G.Demouveaux

[dropcap]L[/dropcap]e scénario de l’étape de Contres, promise aux sprinteurs, n’a pas échappé aux prévisions, bien que le final ait été perturbé par la chute et l’abandon de Tom Boonen, qui a offert un répit et un peu d’espoir aux deux échappés du jour, Thomas Voeckler et Anthony Delaplace. Le sprint a ensuite confirmé la domination actuelle d’Alexander Kristoff, dont on mesure la progression depuis l’édition 2014 de Paris-Nice. Juste avant de s’imposer sur Milan – San Remo, puis de remporter 2 étapes du Tour de France, le Norvégien n’avait pu faire mieux qu’une 6ème place sur la Course au Soleil. Cette année, il poursuit sa démonstration de force au long cours : après 4 victoires obtenues sur le Tour du Qatar et le Tour d’Oman, Kristoff s’empare de son premier bouquet avec une belle longueur d’avance sur Nacer Bouhanni. Michal Kwiatkowski conserve la tête du classement général. 

Un match Matthews-Degenkolb pour les bonifs

Le peloton quitte Saint-Rémy-lès-Chevreuse sans Geoffrey Soupe (Fra-Cofidis), poisson-pilote attitré de Nacer Bouhanni (Fra-Cofidis), toujours fiévreux et donc non partant pour cette première étape. L’unique côte au programme du jour se présente dès le deuxième kilomètre. Jonathan Hivert (Fra-Bretagne) se détache pour aller chercher les points qui lui donneront le premier maillot à pois de la semaine, puis poursuit son effort en solitaire. Il atteint dans un premier temps le sprint intermédiaire de Saint-Arnoult-en-Yvelines, où se joue 3’45’’ plus tard une bataille pour les bonifications entre Michael Matthews et John Degenkolb… avantage Australie à ce stade de la partie.

Un duo Delaplace-Voeckler

Hivert stoppe volontairement son aventure à l’avant, après une heure course durant laquelle seulement 33 kilomètres ont été parcourus. S’il ne croit pas en ses perspectives, un de ses coéquipiers, Anthony Delaplace, prend le relais et quitte le peloton au km 38, suivi par Thomas Voeckler. Les deux hommes creusent un écart de 4’ enregistré au km 50, qui monte jusqu’à 6’10’’ au 100ème kilomètre.

 Réaction d’orgueil des deux hommes de tête

Les équipes Ettix-Quick Step et Lotto-Soudal se relaient alors en tête de peloton pour se rapprocher très progressivement de Voeckler et Delaplace. A l’approche des 40 derniers kilomètres, le rythme s’accélère avec l’apport de l’équipe Sky au travail de poursuite. L’avantage des échappés tombe sous la minute à 35 kilomètres du but, et restent sous contrôle. Sur une réaction d’orgueil, ils arrivent toutefois à surprendre momentanément le peloton sur une accélération et à remonter leur avantage à 2’.

 Chute et abandon de Boonen

Juste après l’emballage enclenché à moins de 20 kilomètres de la ligne, la progression du peloton est à peine interrompue par la chute de Tom Boonen, qui quitte la course avec un bras gauche endommagé. A l’avant, le duo s’accroche et passe le sprint intermédiaire de Soings-en-Sologne avec un avantage résiduel de 1’15’’ à la banderole des 10 km, puis 35’’ à 5 kilomètres. Ils sont finalement repris peu avant la Flamme Rouge, où les coureurs d’Orica GreenEdge sont les plus actifs à l’avant du peloton pour emmener Michael Matthews. Au moment de l’emballage, Degenkolb et Bouhanni paraissent les mieux placés, mais l’accélération la plus puissante est portée par Alexander Kristoff, qui se détache avec autorité dans les 200 derniers mètres.

[divider]Le résumé vidéo

Source : Communiqué de presse – ASO

Partagez !