Richie Porte remporte le contre-la-montre et Paris-Nice. ©G.Demouveaux

[dropcap]F[/dropcap]in du suspense. Richie Porte s’est élancé sur le chrono final du col d’Eze avec la mission de reprendre 36’’ au classement général à Tony Gallopin, auteur d’un superbe putsch sur l’étape de Nice la veille. Le coureur australien s’en est acquitté avec autorité, malgré les doutes qui avaient été suscités à la suite de sa chute dans le final d’hier. En bouclant le parcours en 20’23’’, il signe son deuxième succès au col d’Eze, et remporte du même coup son deuxième titre sur la Course au Soleil. En clôture des débats, Gallopin a quant à lui jeté toutes ses forces dans la montée à Eze, mais son enthousiasme n’a pas suffi pour lutter face à des rouleurs de haut calibre. Il échoue à 1’39’’ de Richie Porte, et voit également s’éloigner le podium, sur lequel montent le champion du monde Michal Kwiatkowski et Simon Spilak (2ème du chrono). Le coureur français rétrograde en définitive au 6ème rang de la hiérarchie… celui qu’il occupait depuis sa performance déjà remarquée à la Croix de Chaubouret, sur l’étape où Richie Porte avait commencé à construire son succès.

 Wiggins non partant

En début de programme, la première surprise est venue du forfait au départ de Bradley Wiggins, champion du monde du contre-la-montre et détenteur du record de la montée en 19’12’’. L’absence du Britannique permet d’assister à un défilé de leaders provisoire, dans lequel se succèdent Michael Albasini (Orica), Alexander Kristoff (Katusha) ou encore Sergio Paulinho (Tinkoff). Très appliqué, Thomas De Gendt fait honneur à son maillot à pois en prenant lui aussi la tête de l’étape. Il est supplanté par Andrew Talansky, 2ème sur le même parcours il y a deux ans, mais chronométré aujourd’hui en 21 minutes. Son chrono gagne toutefois en crédibilité avec l’arrivée de Tony Martin, qui améliore de seulement 8’’ le temps de référence.

 Gallopin dégringole : 6e du général

L’enjeu de la fin de course  réside dans la capacité de Tony Gallopin à garder sa position en tête du classement général. La tâche déjà compliquée au départ s’avère impossible en enregistrant les temps intermédiaires au km 5,5 : le Français y accuse déjà un retard de 58’’ sur Richie Porte, en tête devant Simon Spilak, auteur une nouvelle fois d’une montée de premier ordre. Sur la deuxième partie de l’ascension, le verdict est confirmé par l’Australien, qui surpasse Spilak de 13’’. Pour Gallopin, la dégringolade est sévère : avec 1’39’’ de perdues sur son rival, la victoire lui échappe, mais aussi le podium, finalement complété par le champion du monde Michal Kwiatkowski, et l’autre bénéficiaire de la journée, Simon Spilak.

Partagez !

Dernière mise à jour : le 20 mars 2015 à 22 h 37 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir les caractères de l'image Captcha dans le champ ci-dessus

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.