Et. 18 : Bardet, première

Avec la bataille des Alpes, ce sont aussi les promesses des coureurs français qui étaient attendues. Dans le premier épisode, Thibaut Pinot avait perdu ses chances sur chute après avoir franchi le col d’Allos. Sur un scénario similaire à l’étape de Pra-Loup hier, Romain Bardet a pris place dans une échappée volumineuse pour ensuite éviter les pièges qui se sont présentés, et tirer parti du terrain qui s’offrait à lui.

Photo : Ronan Houssin

Avec la bataille des Alpes, ce sont aussi les promesses des coureurs français qui étaient attendues. Dans le premier épisode, Thibaut Pinot avait perdu ses chances sur chute après avoir franchi le col d’Allos. Sur un scénario similaire à l’étape de Pra-Loup hier, Romain Bardet a pris place dans une échappée volumineuse pour ensuite éviter les pièges qui se sont présentés, et tirer parti du terrain qui s’offrait à lui. Les derniers kilomètres menant au col du Glandon lui ont servi à se positionner, puis c’est dans la descente qu’il s’est bâti un avantage décisif. Dans le final, le vainqueur de l’étape de Pra-Loup sur le Dauphiné a conservé le sang-froid qui lui avait déjà permis de s’imposer il y a un peu plus d’un mois. Le leader d’AG2R La Mondiale, qui remonte à la 10ème place du classement général, devient aussi le premier poursuivant de Joaquim Rodriguez pour le maillot à pois, à égalité de points. Dans la bataille pour le classement général, Chris Froome garde une avance de 3’10” sur Nairo Quintana.     

29 coureurs en tête au km 12.

Le peloton est formé à Gap par 162 coureurs, après le forfait du grimpeur Louis Meintjes (MTN), affaibli par une gastro-entérite. Pierre Rolland et Joaquim Rodriguez montrent immédiatement leur intérêt pour l’échappée, dont le volume atteint déjà 19 unités en franchissant le col Bayard… « Purito » en tête. Au km 12, le groupe attire encore plus de candidats. Son effectif se fixe à 29 coureurs, avec Fuglsang (Astana), Bardet, Bakelants, Riblon (AG2R), Pinot (FDJ), Kreuziger, Rogers (Tinkoff), Anacona, Castroviejo (Movistar), Caruso, Dennis (BMC), De Gendt (Lotto-Soudal), Preidler (Giant), Rodriguez (Katusha), Matthews, S.Yates (Orica), Rolland, Gautier, Sicard, Voeckler (Europcar), Arredondo, Jungels (Trek), Plaza (Lampre), Talansky, Martin (Cannondale-Garmin), Clement (IAM), Barta (Bora) et Pauwels (MTN).

 La chasse aux pois pour Purito

 Préoccupées par la menace de Romain Bardet ou Andrew Talansky par exemple, les équipes Giant-Alpecin et Trek s’associent au Sky pour maintenir un écart autour de 5′ minutes et défendre les positions respectives de Warren Barguil (10ème) et Bauke Mollema (9ème). Ce contrôle n’empêche pas le leader de Katusha de cumuler les points et de prendre la tête du classement des grimpeurs à partir du col de Malissol (km 70,5), alors qu’un écart maximal à 5’20” vient d’être enregistré (km 68).

 Pinot lâché par l’échappée avant le Glandon

 Après le sprint intermédiaire, le groupe de tête se divise, notamment sous l’impulsion de Thomas De Gendt, mais ne perd pour l’instant que Rohan Dennis. La sélection est beaucoup plus nette en rentrant dans l’ascension au col du Glandon. A mi-pente, pour attaquer les deux kilomètres les plus raides, il reste les grimpeurs les plus alertes, mais Thibaut Pinot est éjecté du groupe sur une accélération de Jungels. A 10 km du col, l’échappée est composée, de Fuglsang, Bardet, Anacona, Caruso, Rodriguez, Rolland, Gautier, Jungels, Talansky, Hesjedal et Pauwels, avec 3′ d’avance sur un peloton Maillot Jaune lui aussi réduit, à 19 coureurs.

 Bardet s’isole dans la descente

Sur une accélération de Pierre Rolland à 4 km du col, l’élite se rétrécit immédiatement. Ce sont Romain Bardet et Winner Anacona qui en profitent le mieux et s’élèvent en duo jusqu’au sommet. Le Français bascule avec l’intention de creuser l’écart dans la descente, et exploite l’opportunité avec efficacité : il s’attaque aux lacets de Montvernier avec 45” d’avance sur ses huit poursuivants directs, Fuglsang, Anacona, Caruso, Rolland, Gautier, Jungels, Talansky et Pauwels. En franchissant cette dernière difficulté en tête, il se porte également candidat pour le maillot à pois, à égalité de points avec « Purito ». Surtout, il garde son avance intacte et plonge sur Saint-Jean-de-Maurienne avec Pierre Rolland comme unique rival dans les 7 derniers kilomètres, et toujours plus de 40 secondes. Le coureur d’AG2R signe son premier succès sur une étape du Tour, tandis que la bataille des favoris se limite à des attaques infructueuses de la part de Vincenzo Nibali essentiellement. Seuls Bauke Mollema et Warren Barguil sont victimes des coups portés dans ce groupe. Chris Froome reste leader du général, avec 3’10” d’avance sur Quintana.

Partagez !