29 septembre 2020

Fabien Rondeau : “L’envie de bien faire sur la Classique des Alpes”

Âgé de 18 ans, Fabien Rondeau, membre du Team Juniors de l'UC Nantes Atlantique, a accepté de se confier à www.lactuducyclisme.fr à quelques heures du départ de la Classique des Alpes, 4e manche du Challenge National Juniors.

Âgé de 18 ans, Fabien Rondeau, membre du Team Juniors de l’UC Nantes Atlantique, a accepté de se confier à www.lactuducyclisme.fr à quelques heures du départ de la Classique des Alpes, 4e manche du Challenge National Juniors.  

17670203141_fa7aea10fe_o
©Camille Laroche

[dropcap]C[/dropcap]’est à l’âge de 7 ans que Fabien Rondeau débute le cyclisme, en “benjamin 1 “ et, comme pour de nombreux cyclistes, c’est “le Tour de France” qui l’a attiré vers ce sport. Vainqueur du Tour de la Châtaigneraie ,épreuve Fédérale Juniors, dimanche dernier, Fabien Rondeau avoue que « sans l’aide de mes coéquipiers, je ne suis pas sûr de gagner», en effet, au sein du Team Juniors Nantes Atlantique, le travail d’équipe a une place très importante «on court ensemble les uns pour les autres. On a prouvé déjà qu’on avait une grosse équipe, et ça me plaît.» Cette victoire lui permet «d’aborder plus sereinement la Classique des Alpes, elle me libère.» Malgré tout, la pression reste de mise sur une épreuve aussi importante que la Classique des Alpes, où «j’ai envie de bien faire», et selon lui cette pression reste «positive et va permettre de bien finaliser ma préparation.»

Coureur du Team Juniors Nantes Atlantique, Fabien Rondeau confie que cette équipe lui apporte surtout «un apport humain», mais également «un apport tactique, on apprend à courir, mais une chose est sûre, je suis très bien à Nantes et je ne regrette pas mon choix».
Pour réussir dans le cyclisme, Fabien Rondeau explique que ses motivations sont “le plaisir, et ensuite, cette envie de victoire qui pousse à des sacrifices , à se battre pour réussir”, et il ajoute que son sport lui a «appris beaucoup de valeurs», et  ce qu’il aime le plus, c’est le fait de «retrouver mes amis sur les courses et de partager avec eux les bons et les mauvais moments, les rires, les tristesses, mais j’aime mon équipe et c’est ce qui me motive. »

Depuis le début de la saison, la course qui a le plus marqué Fabien Rondeau est «le Bocage Mayennais, sans hésitation.” En effet, son coéquipier  Ronann Vivier ayant remporté le contre-la-montre le matin, ils ont décidé de se battre pour lui l’après-midi, “on a réalisé une course incroyable, même si on perd le maillot pour une seconde… » Même si la première place leur a échappé, il en garde un très bon souvenir, « on a reçu beaucoup de félicitations de coureurs, de dirigeants, et ça fait vraiment très plaisir. »

Partagez !